Navigation Menu

maylis cusco

Pérou, sur la trace des Incas – Cuzco

 d

Nous quittons donc la Bolivie comme Tintin et Haddock en passant par la porte du Soleil de Tiwanaku et rejoignons son pays voisin et cousin germain le Perou.

Notre visite des ruines du temple fut un extraordinaire premier contact avec le prestige et l’avancé technique d’une civilisation précolombienne. Même si le temple du Soleil n’a pas été construit par les incas mais par une civilisation antérieure, nous retrouverons sur les sites incas l’incroyable savoir faire et la précision mystérieuse des tailleurs de pierres de l’époque.

tiwanaku temple

Nous observons avec plaisir les vieilles pierres qui transpirent une histoire et des savoirs faire transmis pendant des siècles. Chose qui peut manquer à deux voyageurs en vadrouille habitués au vieux continent. Il y avait là une véritable civilisation et un peuple organisé capable de produire un art raffiné poussé par leur foi et leurs croyances.

Afin de pouvoir explorer les traces de cet empire disparu, nous devions d’abord nous rendre à Cuzco, l’ancienne capitale et l’épicentre du pouvoir Inca. Cela dit, nous sommes encore en Bolivie et avons une frontière à passer et une escale à faire au bord du lac Titicaca.

Pour nous rendre au Pérou, nous décidons pour une raison ou pour une autre de passer par le sud du lac Titicaca. La route est moins fréquentée et la ville frontalière de Desaguadero est moins touristique, nous comprenons pourquoi sur place, les rues de la ville sont une véritable décharge publique au bord du lac mythique.

Le spectacle est chaotique, des porcs déambule dans la ville à la recherche de nourriture et se dispute le territoire contre les meutes de chiens errants dans une arène de détritus.

chancho desaguadero

desaguadero

Nous partons le lendemain à l’aube pour traverser la frontière au plus vite en direction de Puno, la ville péruvienne au bord du lac Titicaca connue pour ses célèbres îles flottantes. En arrivant, nous tournons en rond pour trouver une auberge ou une chambre digne de se nom. Nous nous retrouvons évidemment en une demi heure dans des rues improbables et des quartiers bizarres et subissons nos chargements à mille lieues du premier hébergement décent. Nous étions prêts à prendre une énième décision stupide dans la panique et le découragement lorsque Jésus nous apparut.

Jésus Fuenta, un chauffeur de taxi en congé qui comprend vite notre désarroi, nous indique fièrement sa solution. Il connait un hôtel bien placé dans le centre qui peut nous faire un bon prix si nous y allons de sa part. Il nous promet une chambre avec internet et salle de bain à 30 soles (8€). Nous nous y rendons en taxi et appliquons ses consignes qui marchent plutôt bien même si le garçon de l’accueil n’a pas vraiment l’air de connaitre notre Jésus. Les chambres sont à 110 soles (30€), il trouve donc impensable de nous faire la chambre à 30 soles et nous la propose à 40 (11€).

Tout ça pour dire que si vous connaissez ou non un Jésus au Pérou, vous avez de la marge pour négocier une chambre d’hôtel.

Nous sommes restés 3 nuits dans cet hôtel bien confortable le temps de nous décider à aller voir l’attraction touristique locale: las islas Uros. Ce sont des îles flottantes anciennement habitées par un peuple de pécheurs qui construisent leurs îles de génération en génération à base de roseaux et autres matières organiques. Ils vivent aujourd’hui essentiellement du tourisme, d’où notre hésitation à se laisser tenter par ce genre de safari gênant.

Nous nous décidons enfin à jouer le jeu et partons pour un tour en bateau. A bord, une trentaine de touristes péruviens, certains d’entre eux ont déjà visité les lieux et reviennent vivre l’expérience.

Depuis le lac, le paysage est somptueux. En s’approchant des îles nous sommes surpris de voir un véritable petit village d’amas flottants de paille et bois.  Le décor est joli , presque féérique, on se croirait dans la maison des poupées de Disneyland, il ne manque plus que la musique entêtante.

islas uros

Musique qui ne tarde à arriver à nos oreilles. En accostant à notre première escale, nous sommes accueillis par un comité de péruviennes en tenue traditionnelle qui attendait le nouvel arrivage. Elle dansent et chantent en nous faisant une haie d’honneur à notre arrivée sur les roseaux. Les péruviens d’habitudes timides paraissent plutôt excités par l’accueil donnée par nos gentilles organisatrices aux jupons colorés. Nous pensons un moment sauter directement à l’eau pour revenir sur terre à la nage mais dans ce genre de situation il vaut mieux jouer le jeu en essayant tant bien que mal de sourire.

muchachas islas uros

Nous avons ensuite droit à quelques explications sur la construction des îles et leur culture et mode de vie avant d’être séparé en groupe pour un authentique moment d’échange avec les locaux. Il nous est attribué une jeune femme qui rit nerveusement en faisant les présentations, elle nous montre ensuite l’intérieur de sa case en récitant son texte puis nous propose d’enlever nos vestes pour essayer les vêtements traditionnels. Il faut avouer que cette dernière épreuve était inattendue mais plus moyen de faire machine arrière alors nous nous exécutons, d’autant plus que la situation de plus en plus gênante finie évidemment en fou rire incontrôlable.

Malgré la visite un peu surfaite, ce fut un bon moment et un plaisir de voguer sur le lac navigable le plus haut du monde.

maylis fluo titicaca

Après Puno, nous sommes impatients de découvrir Cuzco, et nous ne serons pas déçus en arrivant dans la ville et en explorant les nombreuses ruines incas des alentours. Voici une petite visite en photo, suivez le guide.

Sous les imposantes constructions coloniales nous pouvons toujours observer les traces restantes des Incas

Cuzco terrasse

cusco colonial

Ci dessous la très belle place d’armes (la photo n’est pas de nous désolé, merci Google!)

Cusco plaza de arma

Coricancha ou le Temple du Soleil, le lieu le plus sacré de l’empire Inca construit à la gloire du Soleil. Il était en partie recouvert d’or depuis arraché et fondu lors de la conquête espagnole. Aujourd’hui les fondations Incas se mêlent à l’architecture coloniale.

Cusco temple soleil

temple soleil cusco

santo domingo cusco

Le Jardin d’or qui a provoqué l’admiration des conquistadors : « Tout y était ciselé en or : les fleurs, les arbres, les reptiles, les oiseaux et le berger lui-même, hommage rendu au Soleil dont l’or était l’émanation terrestre, concentration des offrandes des peuples vassaux, suprême témoignage de la puissance du dieu de lumière. »

jardin d'or cusco

 La forteresse de Sacsayhuaman sur les hauteurs de Cuzco. Elle impressionna un chroniqueur contemporain des conquêtes:  « Dans tout le pays, vous ne trouverez pas de murailles aussi magnifiques. Elles sont composées de pierres si grandes, que personne ne peut croire qu’elles y aient été amenées par des êtres humains… Ni l’aqueduc de Ségovie, ni aucune autre construction réalisée par Hercule ou par les Romains ne peut être comparée à celle-ci… ».

Certains monolithes utilisés pèsent plus de 350 tonnes, la technique pour les transporter reste un mystère…

lama forteressesacsayhuaman pierre

pierres incas

Nous sommes remontés à cheval jusqu’au vestige du temple de la lune et un réseau de souterrain pré colombien, l’occasion d’avoir un bon panorama sur l’ancienne capitale Inca.

maylis chevalSous terrains cusco

cusco viejo

La mythique Cuzco a vraiment beaucoup à offrir aux curieux et concentre bien des trésors, plus ou moins détruits par l’histoire, mais il suffit de marcher dans ses rues pour ressentir l’âme de la citée sacrée considérée comme le « nombril du monde » pendant des siècles de gloire révolus.

Nous avons encore beaucoup à découvrir dans la région de la « valle sagrada » autour de Cuzco, nous marcherons de surprises en surprises jusqu’au Machu Picchu et l’inoubliable Choquequirao.

Partager l'article:

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *