Navigation Menu
Wwoofing en Chine : Micky
septembre 132015

Wwoofing en Chine : Culture et découvertes…

 

Où ? Dujiangyan, Sichuan, Chine
Quand ? : 10 jours en octobre
Source : Wwoof Chine, http://www.hdfhuaxifarm.com

.

Présentation : 

Micky et son frère, deux Chinois, ont créé cette ferme entièrement biologique pour permettre aux familles de retrouver un coin de nature, loin des villes oppressantes et polluées de Chine.
En plus du personnel de ferme, ils emploient une jeune équipe d’animation qui les accueille les familles tous les week-ends en leur proposant des activités (découvertes des plantes, des animaux, ramasser des patates douces, faire des colliers avec les plantes, jeux d’enfants, cuisiner au feu de bois etc.).
De plus, Micky est en lien avec des gens du monde entier et organisent parfois des conférences avec des étrangers sur le site de la ferme de Huaxi.
La ferme se situe à 1h de Chengdu, proche de la ville de Dujiangyan et s’étend sur plusieurs hectares, au bord d’une rivière.

Confort : 

Certains employés vivent sur place dans des locaux réservés à cet effet. Les volontaires sont hébergés dans des chambres équipées de couvertures chauffantes juste à côté.
Les toilettes et les douches (froides) sont à l’extérieur. Mais nous avons accès à un réservoir d’eau chaude.

Le midi et les week-ends, il y a un cuisinier. Le reste du temps, l’équipe d’animation prépare nos repas.
On y mange local et en abondance.

Il y a un bon accès Internet.

Travail :

Nous travaillions de 9h à midi et de 14 à 18h pour un à deux jours de repos par semaine. Ils font le planning et donnent les jours de repos en fonction de leur organisation, mais ils ne sont pas exigeants et nous pouvions tout à fait leur faire des propositions si nécessaire. 

Activités réalisées  :

– Préparer du terreau et planter des légumes

– Repiquer des semis

– Nettoyer les cages des biches/cerfs

– Peindre des décorations pour les enfants

– Aider à l’organisation pendant les week-ends (mettre les tables, accompagner les enfants)

-Créer des panneaux pour départager les plantations pour les visites des familles

-Aider en cuisine (c’était plus pour nous faire plaisir, qu’une réelle aide)

– Désherber

  • Points Forts
    f

    -Visiter le nouveau centre de pandas à Dujiangyan

    – Visiter un temple non touristique et gratuit où vivent des moines en autosuffisance

    – Être immergé dans leur culture

    – Manger local et bio

    – Vivre dans un lieu non touristique mais caractéristique.

    – Être traité comme des rois : ils sont heureux de notre présence et font tout pour que les volontaires se sentent à l’aise

    – Ils sont très à l’écoute de nos besoins

  • Points Faibles

– Martin a un caractère assez fort et très particulier. Il faut être prêt à supporter

-Ils parlent très peu anglais, nous devions communiquer par le biais d’un traducteur sur nos smartphones.

– La ferme est difficile d’accès et loin de tout, nous avions besoin d’être accompagné pour rejoindre la ville

– La nourriture peut être TRÈS épicée
.

  • Le Monde à Deux…

Pour en savoir plus, retrouvez ici le récit d’Aline et Guillaume sur leur expérience dans

cette ferme. Cliquez, il y a des pandas!

En savoir plus»

Wwoofing #07 au Pérou: Café, coca et cours d’anglais

 

Où ? Duraznillo, Amazonas, Peru
Quand ? Deux semaines en Avril 2015
Source : Liste Wwoof Perou (PER-69122 . 9140)

Présentation : Vous serez très bien accueilli dans la famille de Wilder à Duraznillo. Il vit avec sa femme Rosa et ses trois filles, mais vous serez vite amené à rencontrer le reste de sa grande famille dans le village.

Pour vous rendre à Duraznillo, vous devrez d’abord vous rendre à Chachapoyas puis prendre un 4×4 jusqu’à San Pedro (3h de route pour 50 soles) où vous attendra sûrement Wilder. Ensuite il reste une petite demie heure de marche jusqu’au village.

Confort :

Wilder a une maison relativement grande dans le style du village, où il a prévu 2 chambres pour les invités: Une chambre double et un dortoir de trois lits simples. Il y a l’électricité et même l’eau chaude dans la salle de bain familiale.

Les repas sont préparés par Rosa et nous mangions tous ensemble. La Cuisine est locale, tous les produits viennent des récoltes. Rosa acceptera volontiers si vous souhaitez cuisiner une spécialité de chez vous!

Travail :

La journée de travail commence vers 8h jusqu´au déjeuner vers 12h. L’après-midi (13h-17h), nous étions divisés en deux. Maylis donnait les cours d’anglais à l’école et Adrien continuait à travailler en extérieur. Les journées sont assez physiques puisque la moindre parcelle est toujours située à 30 min de montée ou de descente (qu’il faudra tout de même grimper pour rentrer à la maison). Le rythme de la journée de travail est entrecoupé de pauses toutes les deux heures environs, pour mâcher la coca.

Le dimanche, généralement, il ne travaille pas.

Activités réalisées  :

Nous avons fait énormément de choses différentes.

– Récolte des feuilles de coca, bananes, bois, camote, yuka, miel, maïs.

– Repiquage des plants de café.

– Désherbage d’une parcelle de café

– Semi de la luzerne (pour les cochon d’indes).

– Cours d’anglais aux enfants : De 5 à 15 ans, niveau basique.

– Tissage à la façon traditionnelle péruvienne

– Mise en ruche d’un nid d’abeilles sauvages.

– Production de la chancaca (sucre non raffiné) extraite de la cane à sucre.

 

  • Points Forts
    f

    – Nous avons reçu un excellent accueil et avons été intégrés à la vie du village en peu de temps.

    – Wilder et sa famille sont des personnes remarquables par leur gentillesse et très attachantes.

    – Vous apprendrez énormément sur la culture locale, Wilder adore partager ses connaissances.

    – Il y a des ruines Chachapoyas abandonnées dans la forêt à 1h30 du village, Wilder pourra vous y amener, il a de bonnes connaissances historiques ayant été lui-même guide.

    – Vous serez invité à connaitre les différents habitants du village. Nous avons été plusieurs fois invités à manger chez différentes familles.

    – Encore une fois l´endroit est magnifique, il est situé en plein cœur de la nature.
    f

  • Points Faibles
    f

    – L’endroit est difficile d’accès.

    – Si vous décidez de suivre le rythme de travail de Wilder, c’est assez éprouvant, mais nous travaillions toujours dans la bonne humeur.

    – La famille vit très modestement et c’est pour eux un luxe de manger certains aliments qu’ils ne produisent pas. Vous ne mangerez pas de façon très variée mais toujours à votre faim. Cela dit, rien ne vous empêche d’aller au marché de San Pedro pour cuisiner quelque chose de différent pour la famille.

 

 

En savoir plus»

Wwoofing #06 à Aldea Luna, perdus dans les montagnes

.

Où ? Tilquiza, Jujuy, Argentine
Quand ? Deux semaines en février 2015
Source : Liste wwoof argentine : http://www.wwoofargentina.com/pre_host_farm.htm (ARG032)

.

Organisation :

Deux possibilités :

– Les volontaires ne travaillent que 4h le matin mais paient 10€/jour pour le gîte et le couvert.

– Les wwoofers (2 ou 3 personnes) travaillent 7h dans la journée. Ils ne payent rien mais doivent rester un mois minimum.

Nous sommes Hébergés chez Elisabeth et Martin qui ont deux enfants Mathias (17ans) et Anita (3ans).

Confort :

Le cadre est idyllique, Il y a deux cabanes pour les volontaires, très bien entretenues avec une magnifique vue sur les montagnes . Les wwoofers dorment dans une maison plus bas, où il fait un peu plus sombre. Nous avions le droit à une douche chaude (que l’on devait chauffer au bois) le Samedi et le Mercredi.

Entre les cabanes et la maison des woofers se trouve la maison commune avec la cuisine, un salon/salle à manger et un coin détente où l’on joue au cartes et autres jeux de sociétés. Les beaux jours, nous pouvons aussi profiter de la terrasse. La cuisine est bien équipée avec deux gazinières et deux fours.

Les hôtes, Martin et Elisabeth, habitent à côté et mangent généralement avec nous. La nourriture végétarienne est très bonne, nous mangions les légumes du jardins et autres produits du marchés.

Le petit déjeuner est préparé par les wwoofers pour tout le monde, pains maisons, porridge, jus d’orange et confiture maison.

Travail :

Les volontaires travaillent de 8h à 12h30

Les wwoofers travailent de 8h à 12h30 et de 16h30 à 19h30

Il faut en plus aider en cuisine et à tour de rôle, faire la vaisselle par équipe de deux.

Un jour et demi de repos par semaine, le dimanche et samedi après midi.

.

  1. Activités réalisées  :

    Wwoofers + Volontaires :

    – Travail de construction pour faire la terrasse en pierres
    – Nettoyage de pierres
    – Aux potagers : Beaucoup de désherbage puis semence de carottes, piments, salades et autres…
    – Récolte des tomates, des haricots, du basilique, et autres bonnes choses du jardin pour les repas quotidiens.
    – Pomper l’eau à la rivière à l’aide de trois pompes à essences
    – Défrichage des chemins de randonnée à la machette

    Wwoofers :

    – Préparer le petit déjeuner pour tout le monde ( eau chaude, porridge, couper le pain, préparer la table…)
    – Préparer la nourriture pour les chiens
    – Babysitting avec Anita pendant qu’Elisabeth donne des cours d’anglais aux volontaires qui le souhaitent (2h).
    – Nettoyage des cabanes
    – Le lundi, nettoyage du poulailler.
    – Aller chercher les oeufs
    – Faire le pain l’après midi pour le lendemain
    – Faire en sorte que la maison soit bien entretenue

  2. Points forts

    • La nourriture végétarienne est bonne et assez variée.
    • Le cadre est exceptionnel, au milieu de la nature avec une vue magnifique.
    • La bonne ambiance avec les nombreux volontaires, ce qui permet beaucoup de rencontres et d’échanges. La première semaine nous étions une vingtaine!
    • Le vendredi c’est chabat ! Elisabeth nous fait son excellent pain brioché que nous partageons à tour de rôle.
    • Le samedi soir et parfois un soir dans la semaine, c’est soirée dansante. Dj Martin est aux platines, il met le générateur en marche pour alimenter les enceintes et les lumières. Ambiance boîte de nuit, c’est assez surprenant la première fois. C’est aussi soir de fête pour Martin car ses soirées poussent à la consommation des bouteilles de vins, de bières et des cigarettes misent en vente sur place. C’est aussi le soir où nous pouvons utiliser l’électricité !
    • Il y a de bonnes randonnées à faire aux alentours.
      /
  3. Points faibles

    • Le wwoofing à Aldea Luna n’a pour nous, pas débuté dans les meilleures conditions et s’est plutôt mal terminé. Les relations étaient très froides dès le début avec Elisabeth. Selon elle, pour des questions de vibrations…
    • Cela s’est d’autant plus mal terminé quand nous lui avons dit que nous ne voulions rester que trois semaines (et non 4 comme initialement prévu). L’annonçant à Elisabeth à la fin de la deuxième semaine, celle-ci l’a très mal pris et nous a littéralement offert de partir sur le champs.
    • Anita demande énormément d’attention.
    • Après la première semaine, le charme s’estompe et les volontaires commencent à comprendre la mécanique commerçante de nos hôtes. Les soirées qui paraissent spontanées sont en fait les mêmes tous les samedis, avec les mêmes musiques qui terminent à la même heure.
    • Leur source de revenu provient quasi exclusivement des volontaires car ils ne vendent aucun de leurs produits. C’est finalement une autres forme d’auberge et un business bien réglé. Personnellement, ce n’est pas ce que nous cherchons en faisant du wwoofing, nous préférons les échanges plus naturels à celui du calcul financier.
En savoir plus»

Wwoofing #05 Yoga, magasin bio et bioconstruction à Mendoza

 

Où ? Tunuyan, Mendoza, Argentine
Quand ? Deux semaines en janvier 2015
Source : Liste wwoof argentine :  http://www.wwoofargentina.com/pre_host_farm.htm (ARG077).

Confort :

Les volontaires dorment dans une maison qui leur est consacrée, certains dorment dans leur tente. La maison est gérée par les volontaires qui s’enchainent et se croisent pour quelques semaines, donc évidemment l’entretien est fait au minimum.

Dans la maison il y a une chambre avec trois lits simples et une cuisine-salon avec un lit supplémentaire. La cuisine est équipée d’une gazinière et d’un four à bois pour le pain et autres douceurs… Les hôtes fournissent régulièrement la nourriture végétarienne et l’eau potable.
La salle de bain est équipée d’une baignoire mais comme vous pouvez le voir dans l’épisode, il faut évacuer les criquets avant usage. L’eau est froide mais il fait tellement chaud que ce n’est pas gênant.

Nous travaillons pour deux hôtes différents; Azusena et Jorge vivent avec leurs deux jeunes enfants dans leur maison et Gustavo qui lui, vit dans la sienne et travaille à Mendoza. Il y a d’autres maisons dont une autre qui appartient à la « communauté » Madre Tierra (d’Azusena et Jorge).

Travail :

La semaine est divisée en trois :

– Deux jours et demi avec Jorge et Azusena pour travailler au potager, au magasin bio, et à la confection d’un lieu pour sécher les fruits et légumes. Le magasin bio est l’endroit où Jorge et Azusena vendent des produits préparées bio sous la marque « Madre Tierra ».
– Deux jours et demi avec Gustavo pour travailler à la construction de sa maison.
– Deux jours de repos.

Nous faisions des journées de travail de 7h environ (9h-13h/17h-20h)

 

  1. Activités réalisées  :

    Avec Jorge et Azusena

    – Un peu de travail de bioconstruction pour un mur de sa maison.
    – Au magasin bio : Remplissage des sachets (mélanges pâtes/pesto, riz/masala etc.) Pesage des sachets, étiquetage des produits, mise en carton.
    – Au potager et au verger: Désherbage, ajout de crottin de cheval, semence de stevia, celeri et basilique. Récolte de feuilles de quinoa pour le magasin. Ajout de tuteurs pour les pêchers. Réalisation de conduits pour l’eau.
    – Préparation du sol pour créer un « secador » destiné à faire sécher les fruits et légumes grâce au Soleil. Etalage des graviers sur toute la surface du sol.

    Avec Gustavo

    – Pose d’enduit en argile, sable, paille et crottin de cheval sur un mur extérieur.
    – Création d’une fosse septique naturelle : creusement d’un trou d’1,20m de profondeur et 3x1m de surface à la pioche.
    – Peinte du bois à l’intérieur de la maison avec de l’huile de lin.
    – Création d’une surface plane dans le jardin pour faire un espace de tai chi chuan (art martial).

  2. Points forts

    • Le verger regorge de fruits bien mûrs, notamment les pêches et abricots qui étaient à points lors de notre visite. Nous allions tous les jours nous balader à travers le verger pour déguster quelques fruits.
    • Gustavo aime partager sa passion pour le Yoga, shi kung et tai chi. Il donne des cours gratuitement à Mendoza et nous a appris les bases de ces exercices de relaxations et de concentration.
    • Jorge aime partager ses histoires et son expérience, c’est une personne très agréable et généreuse.
    • Il régnait dans notre petite maison une très bonne ambiance entre les volontaires.
    • Les deux jours de repos permettent de bien se reposer et de profiter des alentours.
  3. Points faibles

    • Le fait de vivre dans notre maison a fait qu’il y avait peu d’échange avec nos hôtes (excepté avec Gustavo qui était toujours partant pour venir manger avec nous).
    • Relation assez froide avec Azusena, on avait parfois l’impression d’avoir une relation professionnelle de patron à ouvriers…
    • Malgré ce manque d’échange, il fallait respecter certaine règles infantilisantes: Interdiction de fumer et de boire. Azusena nous a confisqué une bouteille de Ricard pour des questions de « vibrations » dans la communauté.
    • Leur commerce est un peu ambigu car on pourrait croire que tout est produit sur place. Ils vendent leurs produits bios étiquetés « Madre Tierra », mais quasiment la totalité des produits sont achetés en gros (pâtes, riz, épices, thé, miel, sel, vanille) puis mélangés (ou pas) et étiquetés au magasin. Même les produits que nous mangions venaient de l’extérieur…

 

En savoir plus»
Wwoofing #04 – Dulce de leche
février 232015

Wwoofing #04 Dulce de leche et cueillette de fruits à Rio Manso

 

Où ? El Manso (près de Villegas), Rio Negro, Argentine
Quand ? Une semaine en décembre 2014
Source : Pas encore dans la liste wwoof Argentine. Mais nous avons eu le contact par Carlos qui lui, est dans la liste  : http://www.wwoofargentina.com/pre_host_farm.htm (ARG129).

Confort :

Nous dormions dans notre tente sur le terrain de Gladys et Oscar. L’endroit est situé au bord du très transparent Rio Manso entourée par les montagnes et proche d’un parc national. La moitié de la localité est habitée par une grande famille qui s’est installée depuis 3 générations. Gladys et Oscar possède aussi un chalet pour accueillir des touristes, nous y avons dormi une nuit quand elle fut libre.
Nous mangions tous les repas dans la maison avec la famille et parfois les voisins. Possibilité d’utiliser les toilettes, douches et machine à laver dans la maison.

Travail :

Gladys et Oscar vendent leurs fruits et légumes au marché de Bariloche et font aussi des confitures et du dulce de leche. Ils ont des poules, une vache et des brebis. Nous travaillions principalement pour la cueillette des framboises, fraises et groseilles. Environs 4h le matin jusqu’à ce que le soleil tape trop fort (13h). Et certains jours en fin d’après-midi dans la maison pour nettoyer et couper les fruits (au calme autours de la table!). Gladys et Oscar sont vraiment aux petits soins, c’était un réel plaisir de travailler pour eux. Nous le faisions avec joie!

  1. Activités réalisées  :

    – Cueillette des fraises, framboises et groseilles
    – Préparations des fruits pour les confitures : Les nettoyer, les couper si besoin.
    – Désherber le potager, planter les semis.
    – Préparation du dulce de leche (et traire la vache).

  2. Points forts

    • Le point fort de ce wwoofing, c’est la gentillesse et l’humanité de nos deux hôtes. Quel plaisir de se sentir en famille après l’expériences de wwoofing précédente à El Bolson.
    • Le cadre est parfait pour se relaxer au milieu de la nature : Baignade dans l’eau transparente, pêche, ballades à pied ou à vélo.
    • La cuisine de Gladys! et les petits déjeuner maison (pain maison, confiture maison, dulce de leche maison).
    • Le travail le matin nous laisse l’après midi libre pour profiter du rio ou se reposer à l’ombre.
  3. Points faibles

    • Nous dormions dans la tente, mais Gladys nous à prêter des matelas et des couvertures.
    • C’est tout!

 

En savoir plus»

Wwoofing #03  Bioconstruction, Permaculture et Artisanat à El Bolson

 

Où ? El Bolson, Rio Negro, Argentine
Quand ? Une semaine en décembre 2014
Source : Liste wwoof Argentine : http://www.wwoofargentina.com/pre_host_farm.htm (ARG056).

Confort :

Deux lieux pour dormir :

1- A El Bolson dans un vieux campingcar à côté de la maison de Pastor. Avec accès à leur salle de bain et à l’électricité. Possibilité de se connecter à internet dans la maison seulement. Les repas végétariens se font en famille.

2- A « la huerta » à 20 min de route d’El Bolson dans une vallée traversée par le Rio Azul. Le cadre est magique ! Il y a deux maisons type bioconstruction en terre. L’une avec une grande cuisine et de la place pour dormir pour environ 3 personnes. Une batterie alimente les leds pour éclairer la pièce sinon il n’y a pas d’électricité. Il y a la possibilité de se chauffer au bois et de cuisiner au gaz ou au bois. Il y a aussi à l’extérieur deux fours à pain. L’autre maison (l’auberge) avec quatre lits superposés ( pour 8 personnes donc) et des douches solaires qui fonctionnent à peu près.

Travail :

Nous travaillons la plupart du temps en même temps que Pastor. C’est à dire beaucoup! Les journées peuvent commencer à 9h et finir le soir à 22h avec une pause de 3-4h pour se reposer quand le soleil tape trop fort. Il ne faut pas hésiter à dire à Pastor que l’on a assez travaillé sinon il profite de la main d’oeuvre!
Il est arrivé plusieurs fois que Pastor nous laisse plusieurs jours à la « huerta » lorsqu’il avait des choses à faire à la ville; ce sont les meilleurs moments pour travailler à son rythme et profiter comme il se doit du cadre exceptionnel.
Sinon nous avons eu le droit à un jour de repos par semaine.

 

  1. Activités réalisées  : 

    Le travail est divisé en trois parties : La permaculture, la bioconstruction et l’artisanat.

    – La permaculture se fait à la huerta, il y a trois serres et un espace suffisamment grand pour y cultiver beaucoup de choses.
    – La bioconstruction à la huerta (où se déroule depuis 7 ans un évènement autours de la bioconstruction). Ou à El Bolson pour la maison de la fille de Pastor.
    – L’artisanat se fait à l’atelier à 10min de chez Pastor où sont réalisés les instruments du vent. Ce sont des mobiles suspendus formés de tubes de différentes tailles qui produisent en s’entrechoquant un tintement subtil et relaxant (agaçant?) au grès du vent.

    • Tâches réalisées à la huerta : 
      • Arroser tous les matins
      • Construire des « camas » de 1x 3 mètres pour préparer la terre aux plantations.
      • Défricher plus d’espace.
    • Tâches réalisées en bioconstruction :
      • Revêtement intérieur à base d’argile et de sable dans l’auberge
      • Lissage des parois
      • Découper et fixer les poutres pour la charpente du toit de la fille de Pastor
      • Peindre les planches pour le parquet
    • Artisanat à l’atelier :
      • Découper des palais de bois à la scie sauteuse
      • Usiner les palais de bois
      • Façonner le bois au ciseau à bois (avec une machine qui fait tourner les bois sur un axe).
      • Dessiner et découper des formes prédéfinies à la scie sauteuse
      • Percer les tubes en métal, limer les tubes, poncer les tubes…
    • Autres taches :
      • Cuisiner (surtout à la huerta)
      • Vider les toilettes sèches
      • Entretien de l’auberge (balaie, vaisselle etc.)
  2. Points forts

    • Le point fort de ce wwoofing, c’est le cadre sublime à la huerta près du rio Azul. Il y a un endroit bien nommé « el paraiso » à 30 min de marche de l’auberge. L’eau est glacée mais l’endroit est magique.
    • La rencontre des autres wwoofers a largement contribué à la qualité du séjour
    • On fait beaucoup de choses donc on apprend beaucoup. Même si on manque parfois d’explication!
    • Il y a plein d’épices à découvrir dans la cuisine à la huerta.
    • Une soirée pizzas video-projecteur en famille chez Pastor.
    • La maison de Pastor est une véritable réussite esthétique de bioconstruction.
  3. Points faibles

  • Pastor travaille beaucoup donc, quand on travaille avec lui, on travaille toute la journée si on ne lui suggère pas de s’arrêter. Il a tendance à oublier que nous sommes des volontaires et que nous l’aidons à construire bénévolement sa maison.
  • Le jour libre, nous devons nous organiser pour trouver à manger.
  • Il faut toujours négocier avec Pastor pour obtenir des choses (ce qui n’est pas forcément naturel chez les gens bien élevés).
  • Pastor a des idées bizarres sur le monde et la fin du monde…
Pour conclure : Il est vrai que nous avons passé une semaine formidable mais un peu étrange. Notamment à cause d’histoires qui circulent au sujet de Pastor. Il faut savoir que son profil sur la liste de wwoofing a été radié. Il utilise donc celui de sa mère qui nous renvoie vers son fils pour trouver des volontaires. Objectivement, ce wwoofing reste un mystère : Soit les histoires au sujet de notre hôte étaient exagérées, soit nous avons subie un régime particulier et bienveillant car nous avons mentionné que nous diffusons des vidéos sur nos wwoofings sur internet. Nous ne vous encourageons donc pas à faire ce wwoofing.

 

En savoir plus»

Wwoofing #2  Luis Miranda

 

Où ? Coyhaique, Patagonie Chilienne
Quand ? Deux semaines en novembre
Source : Liste wwoof chili http://www.wwoofchile.cl/

 

  1. Activités réalisées  : 

     

    Wwoofing dans une « parcela », petit camp tenu par un jeune couple dans les hauteurs de Coyhaique avec une vue magnifique sur toute la vallée. Ils font du tourisme rural l´été ( balade a cheval, rafting), le reste de l´année ils s´occupent de la ferme.

    Les journées de travail ne sont pas vraiment réglées, mais c´est plutôt tranquille dans l´ensemble. Le réveil se fait généralement vers 9h et on ne travaille pas plus de 5h par jour. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons été accueilli par Abi, la femme de Luis. C´est une Anglaise qui vit depuis 8 ans dans la région. Luis est arrivé 3-4 jours après, en plus de s’occuper du camp, il lui arrive de faire guide personnel dans la région.

    • Tâches quotidiennes 
      • Nourrir les poules
      • Arroser les plantes dans la serre (c´est très rapide, elle est minuscule)
      • Nourrir les chiens
      • Aller voir les chevaux
      • S´occuper de la maison : vaisselle, balai, mettre la table…
      • Cuisiner : Abi n´est pas très bonne cuisinière. Du coup des qu’on avait l´occasion nous faisions des tartes, clafoutis, pain, pancake et autres douceurs.
    • Autres taches :
      • Faire de la confiture, des sopaipillas ( pains frits typiques du chili)
      • Leña : La leña, c´est le bois pour se chauffer et ça représente pas mal de travail. il faut le ramasser dans la forêt, le charger dans la camionnette, le décharger et le ranger.
      • Dresser un cheval pour qu´il puisse être monté par les touristes.
      • Tuer et découper une brebis (ad libitum!)
    • Autres petites tâches ponctuelles
      • Faire des tas de crottes de chevaux! ( pour faire pousser l’herbe)
      • Ramasser des galets (pour consolider une partie de la maison)
      • Consolider la clôture pour les poules
  2. Points forts

    • Le point fort de ce wwoofing, c´est l´ambiance créée par Luis. Il adore rire et faire rire.
    • Pas mal de rencontre:
      • Luis accueille d´autres wwoofers et couchsurfers du monde entier (une allemande, une chilienne, une américaine et un israelien pendant notre séjour). L´ambiance et encore plus conviviale quand la maison est pleine.
      • Luis adore les asados (barbecues), c´est l´occasion de passer de bonne soirées avec ses potes chiliens.
    • L´endroit est magnifique!
    • Abi est Luis sont très souples sur les horaires et s´adaptent si vous avez besoin d´aller en ville etc.
    • On travaille aussi avec les voisins. C´est un vieux couple qui vit (depuis toujours?) dans leur petite maison chaleureuse. On s´y arrête pour prendre le mate, discuter et manger des sopaipillas. On est aller y faire la confiture de rhubarbe et les sopaipillas dirigés par ses conseils d´experte. Nous avons aussi dîner plusieurs fois avec eux, ambiance campagne, brebis et cartes en famille. Par contre, difficile de suivre toutes les conversations!
    • Abi adore les animaux, c´est parfait si vous aimez les chevaux, poules, chiens, chats, oies, brebis…
  3. Points faibles

  • Le gros point faible, c´est quand Luis n´est pas la. Abi est plutôt renfermée donc les repas peuvent être un peu longuet une fois les conversations sur les (aux) animaux terminées!
  • Il y a la douche mais pas d´eau chaude. Et il vaut mieux savoir faire du feu dans la chambre pour bien dormir.
  • Ce n´est pas vraiment un wwoofing, dans le sens ou il n´y a pas le coté écologie. La serre est bio certes, mais vraiment minuscule, ils font pousser quelques pieds de bettes et plantes aromatiques et s´en occupent peu.

 

En savoir plus»
Type Pays Etoiles

Liste des Wwoofings

  • Wwoofing en Chine : Micky

    Wwoofing en Chine : Micky

    wwoofing

    Read more
  • Wwoofing #07 – Wilder et Rosa

    Wwoofing #07 – Wilder et Rosa

    wwoofing

    Read more
  • Wwoofing #06 – Aldea Luna

    Wwoofing #06 – Aldea Luna

    wwoofing

    Read more
  • Wwoofing #05 – Yoga à Madre Tierra

    Wwoofing #05 – Yoga à Madre Tierra

    wwoofing

    Read more
  • Wwoofing #04 – Dulce de leche

    Wwoofing #04 – Dulce de leche

    wwoofing

    Read more
  • Wwoofing #03 – Instruments du vent

    Wwoofing #03 – Instruments du vent

    wwoofing

    Read more
  • Wwoofing #2 – Leña y Cocina

    Wwoofing #2 – Leña y Cocina

    wwoofing

    Read more