Navigation Menu

wwoofnext uyuni

Des flamants roses d’Uyuni aux singes de Samaipata

.

Si il y a bien une leçon que nous apprendrons en voyageant, c’est de ne jamais se fier complètement aux critiques des autres voyageurs.

Avant d’arriver en Bolivie nous avions entendu beaucoup d’avis mitigés sur la Bolivie et sur les Boliviens, si bien que nous avions fini par décider de ne pas trop trainer dans ce pays inhospitalier pour vite rejoindre le Pérou.

tupiza calle

Nous aurions fait une grave erreur. En effet, l’accueil à Tupiza fut tellement agréable que nous fîmes le serment de ne jamais plus écouter que notre propre ressenti sur un pays, après l’avoir visité! Non seulement la ville est paisible et chaleureuse mais en plus ses habitants sont accueillants et toujours enclins à nous aider.

Dernier point qui fait la différence, nous sommes riches! Fini les dortoirs de 12 personnes et les lits hyperposés (à trois étages). Fini les supermarchés et les sandwichs aux chips. A nous la vie de château! Désormais c’est hotel, resto et fruits tropicaux!

Quel soulagement de pouvoir manger au restaurant un menu complet pour 2 euros. Pour notre première nuit, nous nous offrons une chambre dans un bon hôtel avec piscine petit déjeuner pour 12 euros, mais on peut trouver facilement pour moitié moins.

Bref, si nous sommes à Tupiza, ce n’est pas pour faire un comparatif des prix de la ville mais pour visiter l’incontournable salar d’Uyuni. Pour traverser le fameux désert de sel il faut passer par une agence pour une excursion de 4 jours en 4×4. C’est la première fois que nous laissons à quelqu’un la responsabilité d’organiser notre voyage mais on ne va pas s’en plaindre, on pourrait presque s’y habituer. Nous n’avons plus qu’à attendre nos deux amis Julie et Johad rencontrés au wwoofing de Jujuy et nous sommes prêts à nous laisser guider pour 4 jours de surprises et d’admiration devant la beauté et la diversité des paysages.

Soyons clair, ce fut inoubliable. Chaque jour supplanté le précédant par l’incroyable richesse des panoramas, des montagnes, des déserts, des lacs. Il s’est créé en cet endroit un concentré de ce que la nature peut offrir de plus beau, c’est un véritable bijou au coeur de la Bolivie.

Nous avons essayé de sélectionner une ou deux photos par jour, mais je vous invite à cliquer ici (lien à venir) pour vois en voir plus sur notre page facebook.

Jour 1

tupiza

Jour 2

flamingo-bolivia

Jour 3

lago coorado manana

Jour 4

uyuni sunrisesalar uyuni wwoofnext

L’aventure se termine à Uyuni où nous pensions passer la nuit. Nous changeons d’avis en traversant le désert de détritus pour atteindre la ville qui semble être toujours en cours de construction. Après ces quatre jours de nature nous espérions un peu plus de civilisation. Ca tombe bien, nous avons encore du temps pour atteindre Potosi avant le coucher du Soleil.

Potosi est une jolie ville coloniale perchée à 4000 mètres d’altitude. Elle est connue pour ses mines qu’ont largement exploités les espagnols au XVI ème siècle jusqu’à épuisement des ressources et des esclaves indiens. La période faste de la ville a léguée un certain raffinement dans l’architecture de Potosi. Ce fut inattendu pour nous qui, naïvement, n’avions pas envisagé une Bolivie bourgeoise, ne serait-ce que dans son passé.

potosi colonial potosi calle

Nous partons dans l’après-midi pour une fois encore arriver avant la nuit à Sucre. Nous aurions aimé arriver une fois encore à l’heure prévue mais ça aurait été trop beau et pour tout dire un peu bizarre. La route pour Sucre est bloquée par des travailleurs en colère et nous poireautons 1 heure ou 2 au terminal de Potosi avant de partir.

Nous descendons finalement du bus à mi chemin et dans la nuit. La route était toujours bloquée et elle le sera probablement toute la nuit. Il faut savoir qu’il y a très peu de voies d’accès reliant les villes, les revendicateurs ont donc trouvé un moyen ingénieux de se faire entendre en bloquant la route avec des branches… Malins! ils peuvent ralentir une bonne partie du pays en bloquant une seule route. Evidement ils empêchent en majorité les citoyens de se déplacer, mais ils ont l’air d’accepter cela calmement. La technique normale est donc de descendre du bus, de traverser les branches posées çà et là sur le bitume (intelligemment car sélectionnées avec épines), puis la police, puis les grévistes détendus qui commençaient à préparer leur barbecue, puis encore des branches et d’arriver enfin de l’autre coté de la route. Ici attend une petite flotte de « taxis » opportunistes qui font payer le double du prix pour la moitié du trajet.

Nous arriverons dans la nuit à Sucre, plutôt étonnés d’être resté si calme, à la Bolivienne.

sucre plaza

Sucre est également d’un style très colonial, elle nous parait prospère et dynamique. Autour de la place centrale, il y a même des petits hommes d’affaires qui marchent au rythme pressé habituellement observé chez leurs cousins des métropoles européennes. Ils croisent sans bousculer les vendeurs de jus frais, les cordonniers ambulants, les cireurs de chaussures et n’hésitent pas à traverser les bazars extérieurs du marché central et les fruits bien rangés des vendeuses abritées.

sucre blanca sucre mercado central ok

Nous sommes restés une semaine à profiter des bonnes choses qu’offre la ville et pour prendre le temps de trouver un nouveau wwoofing. Bonne nouvelles, nous sommes attendus à Samaipata tout prêt de la jungle Bolivienne pour travailler chez David et Alex à faire de la bière et de la cuisine végétaliène.

Nous prenons un bus magique qui nous dépose 4h avant l’heure prévu à Samaipata. Soit à 4h du mat, merci du cadeau… A moitié réveillés ou à moitié endormis, nous faisons tous les quatre une réunion matinale pour prendre une décision. A 5h, la décision est prise, nous allons dans le centre chercher une auberge.

Comme nous sommes attendus dans quelques jours pour commencer le wwoofing, cela nous laisse du temps pour profiter du climat agréable de la ville et visiter les mystérieuses ruines pré-inca de Samaipata. Nous irons aussi entre autre promener un singe dans un refuge, et nous balader au soleil dans la joie et la bonne humeur, prêts à nous attaquer à notre 7ème wwoofing en Amérique du Sud.

samaipata fuerte ruinasadrien singe ok

samaipata camino

Partager l'article:

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedin

    5 Comments

  1. Salut!! Actuellement en voyage en bolivie avec mon copain, on est intéressé par du wwoofing et voulait savoir comment c etait passé votre expérience dans la bière et la cuisine Vegetalienne! Et éventuellement avoir le contact si ça s est bien passé pour vous! Bonne continuation! Clem et theo!

    • Salut,
      On vient juste de finir la vidéo de notre wwoofing à Samaipata, voici le lien : https://youtu.be/9iXqBtgas68, et nous allons bientôt faire l’article sur notre avis, avec plus d’informations. Mais dans l’ensemble ça s’est très bien passé ! Si besoin, et si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à nous écrive sur wwoofnext@gmail.com
      A bientôt,

      Maylis

  2. Article fort sympathique, une lecture agréable. Ce blog est vraiment pas mal, et les sujets présents plutôt bons dans l’ensemble, bravo ! Virginie Brossard LETUDIANT.FR

  3. Bonjour,

    Bientôt en voyage pour la Bolivie je voulais savoir si vous recommandiez une agence pour faire le salar ? Comment avez vous passez la frontière d’argentine à tupiza? Je suis actuellement en wwoofing à Lago Puelo et commence à remonter vers le nord .
    Merci !!

Postez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *