Navigation Menu
Hola Chile!

Hola Chile!

By on Déc 3, 2014 in Le voyage, Uncategorized | 0 comments

Hola Chile!   Nous quittons le camps du Gaucho Carlos pour revenir une nuit à El Calafate. Pas que cette ville nous manque mais pour des raisons plus pratiques de logistique, afin de s’expédier vers le nord à destination de notre prochain wwoofing au Chili. Nous n’y avions passé que trois jours, mais le retour à El Calafate nous donne la sensation agréable de retourner dans un endroit familier. Le glacier Perito Moreno, le Lago Argentino…  Les paysages s’enchaînent et les images défilent dans nos têtes.   Stop ou pas Stop ? Après une courte hésitation sur la façon d’atteindre le nord de la région de Santa Cruz, nous choisissons lâchement mais sûrement le bus de nuit qui nous dépose directement à Los Antiguos au petit matin. Déposé, le mot est d’ailleurs un peu faible pour  décrire la façon dont le bus nous a maltraité toute la nuit sur les nids de poules que constellent l’essentiel de la route. La nuit sera vite oubliée contrairement aux premières heures du trajet où El Calafate nous offre un dernier spectacle en guise d’adieu. Un coucher de soleil sur le lac et les montagnes qui ne semblait jamais vouloir laisser place à la nuit. L’occasion pour nous deux de sortir les appareils pour vous faire admirer le tableau. Au « réveil » à Los Antiguos, nous sommes fatigués mais plutôt contents du changement de décor. La végétation est plus verte et les villes sont fleuries. Nous voyons pour la première fois depuis Ushuaia des jardins qui ressemblent à des jardins et des arbres fruitiers qui fleurissent comme au mois de mai; ils ont même un printemps! La région autours du lac Buenos Aires bénéficie d’un micro climat qui permet d’y faire pousser à peu près tous les fruit et légumes. L’endroit y est tellement paisible que les indiens y venaient pour finir leurs vieux jours et y être enterrés.  Aujourd’hui il n’y à plus d’indien mais des propriétaires sympathiques, comme Padillo qui nous invite à visiter son exploitation et à boire le maté.   Le lendemain nous commençons le stop depuis Los Antiguos jusqu’à Coyhaique au Chili où nous attend notre 2ème wwoofing. Los Antiguos n’est qu’à 5km de la frontière mais personne ne...

Read More
Comment voyager grâce au volontariat

Comment voyager grâce au volontariat

By on Avr 19, 2015 in Conseils & bons plans | 6 comments

l Comment voyager grâce au volontariat l Si le coût d’un voyage vous retient de partir à l’étranger – ou si vous êtes naturellement intéressés pour vivre des expériences alternatives de voyage, vous devriez vous tourner vers le volontariat dans la partie du monde qui vous attire. Il y a plusieurs organisations à travers le monde qui font le lien entre les volontaires et les fermes, entreprises, associations ou particuliers qui sont prêt à échanger le gîte et le couvert contre quelques heures de travail. Voila près de 6 mois que nous voyageons à travers l’Amérique du Sud grâce aux différents organismes de volontariats. C’est un moyen incroyable de découvrir le monde, d’éviter les sentiers battus, apprendre une langue, rencontrer des gens et de vraiment s’imprégner d’une culture étrangère. Mais avant de partir, il est important de trouver l’organisation et l’hôte qui vous convient. Voici un liste qui devrait vous aider pour débuter: l Trouvez votre ferme grâce au wwoofing : l WWOOF – World-Wide Opportunities on Organic Farms – A été fondé en 1971 en Angleterre pour permettre aux travailleurs londoniens d’échapper à la ville pour apprendre les rudiments de l’agriculture biologique. Le concept s’est aujourd’hui largement étendu au monde entier. Il y a désormais plus de 12 000 hôtes dans plus de 100 pays. Ce qu’ils proposent : En échange de votre aide, cela peut aller de 4h à 7h de travail par jour (voir plus chez certains!), vos hôtes vous propose de vous nourrir et de vous héberger, et bien sûr, vous donne l’opportunité d’apprendre des techniques d’agriculture locale et écologique. Exigences : Les exigences et les capacités requises varies selon les hôtes, mais officiellement les volontaires doivent avoir plus de 18 ans (ce qui n’est pas vraiment respecté en pratique). Logiquement, il n’y a pas de compétences particulières demandés puisque le système est avant tout créé pour développer l’échange de connaissances sur l’agriculture biologique. La durée du séjour dépend aussi suivant les fermes mais une durée minimum de 2 semaines est généralement appréciée par les hôtes. Toutes les démarches concernant les visas doivent être prise en charge par les volontaires et une faible participation doit être payée à l’organisme pour accéder à la liste des contacts des pays (environ 20 euros par pays)....

Read More
15 jours sur la ruta 40 (2/2)

15 jours sur la ruta 40 (2/2)

By on Avr 7, 2015 in Carnet de voyage, Le voyage, Uncategorized |

Pour lire la première partie de l’article rendez-vous ici. Nous partons donc comme des princes, direction Patquia. De là, un mâcheur de coca nous amène à Chilecito. Sans doute étions-nous fatigués ce soir là mais l’homme nous paru peu aimable, et s’il n’avait pas eu sa femme et sa petite fille à côté, il aurait pu être angoissant. Outre le fait qu’il était difficile de déchiffrer tous les mots qu’il essayait d’articuler par sa bouche encombrée, il faisait des blagues douteuses et ne rigolait pas aux miennes. Le mélange a créé une ambiance inconfortable qui nous amena à nous poser cette question: Peut-on détester un homme qui vous rend service ? Arrivés à l’entrée de Chilecito, l’homme nous dépose en pleine nuit en nous disant que d’aller tout droit pour arriver au centre ville. Nous avons marché tout droit certes, mais pendant une heure avant d’arriver dans la ville et atteindre un hôtel. Ce soir là, et au moins pendant une heure, nous avions une réponse à notre question… Le lendemain nous attend notre plus longue journée de stop, nous passerons par 6 véhicules différents. Le soleil tapait tellement que les quelques personnes que nous croisions nous donnaient de l’eau en nous souhaitant « courage ». Trois heures plus loin (15km) une gentille famille à qui nous demandions un peu d’eau, nous a offert des fruits frais du jardin et de la glace du congélo. Les gens sont formidables! Ou parfois maladroit. Parmi les conducteurs, un homme nous traite de hippies sans faire exprès (la nouvelle insulte pour nous depuis El Bolson et Mendoza .) « Vous cherchez un hostel? mais vous les hippies, vous dormez dans des campings non? »  Non, non on est comme tout le monde, on aime bien le confort et les douches propres de temps en temps, surtout quand c’est pas cher. Et toi mon copain, tu aimes les barbecues non? Bref grosse journée, on a fini à l’air libre, sur des chaises de jardin. Nous repartons le lendemain pour Cafayate et nous recevons un nouveau cadeau dès le matin, mais cette fois venu du ciel. Au commencement, une scène tragique: un camion est renversé sur le côté, la police a bloqué la route. Intrigués par le spectacle, et par le large sourire qu’affiche notre ami conducteur, nous commençons à...

Read More
15 jours sur la ruta 40 (1/2)

15 jours sur la ruta 40 (1/2)

By on Avr 2, 2015 in Carnet de voyage, Uncategorized | 0 comments

  15 jours sur la ruta 40 . En Partant de notre wwoofing à Tunuyan (Mendoza), nous avons 15 jours pour traverser une bonne partie de l’Argentine jusqu’à Jujuy, à la frontière de la Bolivie. Fidèle à nous même, nous partons la fleur au fusil, complètement inconscients des 1530 km de stop qui nous attendent, ni même de la nature des paysages que nous allons traverser. Une chose est sûre, nous passerons par Salta dite « la linda » (la belle) dont tous les argentins nous assurent de ses charmes depuis le sud de la Patagonie. Adieu donc Tunuyan, tu nous manqueras (un peu…) Déterminés à avaler les kilomètres, nous décidons de partir aux aurores quand l’air est encore respirable. Le temps de dire au revoir à notre ami volontaire Thomas, et adieu à notre hôte qui en profite pour nous faire une dernière leçon de morale sur la consommation d’alcool au sein de la communauté, qui entraînerait un « véritable bouleversement des flux d’énergies positives qui circulent à Madre Tierra ». D’accord, c’est noté… au revoir madame, un câlin, et bonne continuation! Nous partons finalement à 11h en plein cagnard mais sans trop attendre. Nous avons de la chance et rencontrons Sergio, qui nous amène directement à San Juan dans sa discomobile; petit bijou tunning à la sono qui crache du reggeaton. Petit extrait pour les mélomanes : Nous arrivons à San Juan pour le déjeuner et continuons la route à l’arrière d’un pick up avec qui nous croyons faire quelques kilomètres mais qui nous amène bien plus loin que nos espérances, dans la petite ville de Jachal, à la tombée de la nuit. La ville est mignonnette et surement peu fréquentée par les touristes, à en juger par l’accueil stressé mais charmant que nous recevons à l’office du tourisme en cherchant un logement. Malgré les efforts des hôtesses nous ne resterons qu’une nuit dans la ville et nous dirigeons le lendemain vers la « Valle de la Luna » située dans la région. Nous partons sans conviction à la découverte de cette Valle dont nous n’avons pas d’information excepté que c’est un désert encore plus ancien que son célèbre voisin, le parc Talampaya, dont nous apprenons en même temps l’existence. Après un départ laborieux sur la...

Read More
Nouvel an à Valparaiso

Nouvel an à Valparaiso

By on Mar 1, 2015 in Le voyage | 0 comments

 Nouvel an à Valparaiso   En quittant El Manso, nous sortons d’un chaud froid tant émotionnel que climatique. De la même façon que nous sommes passés de la froideur d’un hippie calculateur à la chaleur d’une famille naturellement humaine, nous quittons notre wwoofing sous la neige après avoir passé une semaine sous le Soleil. Nous voila donc à Bariloche, où nous retrouvons les températures presques oubliées du sud de la Patagonie. Nous allons fêter noël avec nos amis français Mathilde et Max et resterons quelques jours dans une auberge de jeunesse très cool d’où nous sortirons que rarement pour nous ravitailler en viande et en boisson. Nous y ferons entre autre la rencontre d’un allemand bizarre mais gentil qui apprenait à jouer un air de noël sur son ukulele, et d’un joyeux jardinier suisse qui se vexait quand la jeune aubergiste lui demandait d’avoir la gentillesse de ne pas consulter sur l’ordinateur commun des photos de femmes apparemment réchauffées. Comme chaque année, le nouvel an arrive après noël… Pour 2014, nous voulions parcourir 1 600km chiliens en 6 jours de stop pour aller voir le fameux feu d’artifices de Valparaiso. C’est beau de rêver! La première étape était de sortir de Bariloche pour nous rendre à la frontière chilienne. Nous arrivons le premier soir en stop au camping de Villa Angustura. Un garde du parc national nous donne au passage une belle leçon de gentillesse en faisant deux allers retours de 20km pour nous déposer deux par deux dans sa petite voiture jusqu’au camping alors qu’il allait dans la direction opposée. Merci à lui. Quand j’ai dit camping, vous pensiez à quoi? Deux jours plus tard, nous sommes à Pucon au Chili pour un trek mémorable dans le parc Huerquehue qui permet d’observer l’imposant volcan Villarica. Avant toute chose, je me dois d’expliquer qu’il existe une légende que l’on nous raconte depuis Ushuaïa comme quoi il y aurait des condors qui domineraient les cieux de la cordillères des Andes. Sorte d’énorme aigle majestueux de 3,20m d’envergure, sacré chez les incas, qui se déplacerait en planant dans les airs à la recherche de carcasse d’animaux. Nous avons vite compris que ce dahu des airs servait surtout à impressionner les touristes. Et un beau jour, lors d’un trek à Pucon, surgit un...

Read More